"Friedrich" - 2009 - variable - Mathieu Schmitt

“Friedrich”

2009 acier, haut-parleurs, capteur AM
variable

“Friedrich” – 2009 – variable

Cette installation est basée sur les recherches et travaux de Friedrich Jürgenson. Ancien chanteur d’opéra, peintre, il consacra la fin de son existence à la recherche et l’enregistrement de messages que les défunts nous enverraient. En effet, il découvrit que nous captions mieux les morts à 1485kHz: la fréquence qui porte aujourd’hui son nom. Tous ces enregistrements on été conservés et sont consultables; nous n’y entendons qu’un vague bruit blanc (vulgairement, un “shhhhhhhhhhh”) et quelques craquements, qui, après équalisation, délivrent selon lui ledit message. Les deux structures en forme de système d’amplification de gramophone diffusent cette fréquence “Jurgenson”, captée en direct par un poste de radio AM. La pièce est ainsi emplie d’un bruit blanc qui se module suivant notre emplacement dans l’espace. Le phénomène qui m’intéresse ici est précisément ce que provoque l’écoute prolongée de ce bruit blanc: l’apophénie. En psychiatrie, une apophénie est une altération de la perception, qui conduit un individu à attribuer un sens particulier à des événements banals en établissant des rapports non motivés entre les choses. En psychologie ce phénomène consiste en une distorsion de la perception pouvant mener à la schizophrénie. Certains voient dans ce phénomène une explication du lien entre psychose et créativité. Le spectateur est directement soumis à ce phénomène acoustique, faisant sa propre interprétation des différents craquements, modulations ou illusions sonores intervenant indubitablement durant l’écoute. Phénomènes physiques réels et interventions imaginaires (ou non) se mêlent pour former un paysage sonore différent pour chacun.